Marche de TXXX accompagné par Michael

Jour 39 : 01 septembre. Weggis – Lucerne-LU (29 km). Récit d’une journée pas comme les autres … Après un petit déjeuner avec vue sur le lac, avons travaillé jusqu’à trois heures : dénoyautage des pruneaux, les avons ensuite déposés sur des plaques, que nous avons glissées dans des séchoirs. Avons travaillé avec Priska, une employée, qui nous a fait à dîner et un jeune écolier de 13 ans, en stage. Ensuite , après avoir reçu plein de cadeaux de Rebecca, marche forcée vers l’embarcadère pour prendre le bateau et être à 17h20 à la gare de Lucerne, pour recevoir de Benno, que nous ne connaissons pas, les clés de son appartement. Vous nous suivez. RDV ensuite avec Priska qui devait nous rejoindre et nous montrer où était l’appartement ! Vous suivez toujours ? Affamés nous sommes allés manger des crêpes chez Benno, au bord du lac; ce n’est pas le même qu’avant ! Plein de gens intéressants se sont arrêtés dont Camilla., une chanteuse et guitariste de talent. Ensuite seulement nous avons suivi notre guide pour retrouver l’appartement. Tout ça avec 6 kilos de pruneaux sur le dos car Priska voulait en ramener chez elle ! Comme il était tard, elle a squatté le canapé de l’appart. Quant à nous, on a pu avoir une chambre avec deux matelas. Benno devrait rentrer cette nuit, peut-être ferons-nous sa connaissance demain matin… Merci à chacun pour toutes ces belles choses.
T & M

Vue sur la vieille ville de Lucerne
Le Kapellbrücke
Le plus long pont en bois couvert d'Europe

Jour 40 : 02 septembre. Lucerne – Werthenstein-LU (18 km). Besoin de calme après la folle journée d’hier. Avons croisé Benno ce matin et remercié avec une bouteille de vin. M se plaint depuis plusieurs jours d’avoir des poils partout. Il s’est offert un nettoyage chez le coiffeur. Depuis il entend mieux !!!
En route pour Werthenstein et son couvent, le long de l’Emme. Avons été accueillis par Andreas et Simone Plattner. Ce jeune couple dirige une petite exploitation bio avec des moutons, des oies, des poules et des cochons. Ils construisent une nouvelle ferme et habitent un logement provisoire fait de roulottes reliées entre elles. Avons ratissé de l’herbe, des ronces et des orties pour faire des tas destinés au compost. Andreas et Simone travaillent. Lui est serrurier à 80 % et elle sage-femme. Vu le travail à faire nous avons décidé de rester jusqu’à lundi matin.
T & M

Pont en bois au-dessus de l'Emme
Le couvent de Werthenstein
La famille Andreas Plattner à Werthenstein

Jour 41 : 03 septembre. Werthenstein-LU. Nous avons passé une agréable soirée avec la famille. Ils connaissent Benno le vendeur de crêpes et le Haldihof de Weggis… 
Avons ratissé et porté l’herbe, les orties et les ronces toute la journée et sommes arrivés au bout de la parcelle. T a apprécié ce genre de travail parce que c’est une occupation qui permet de faire le vide et de se concentrer sur la tâche. T se pose passablement de questions par rapport à son futur métier. Il n’est pas sûr du métier qu’il veut faire. Lors du débroussaillage, T a montré beaucoup de persévérance et qu’il aime le travail bien fait et réalisé jusqu’au bout.
Sommes admiratifs du travail accompli par le couple, pour le domaine, pour leur job, pour leurs projets, pour leurs enfants et pour leur nouvelle maison où il y a à peu près tout à faire ! Aidons naturellement aux tâches ménagères. A demain pour de nouvelles aventures !
T & M

Nouvelle ferme de Mme et M. Plattner à Werthenstein
Logement provisoire dans des roulottes

Jour 42 : 04 septembre. Werthenstein-LU. Hier, on a fait notre toilette dans l’Emme toute proche et toute fraîche … On a mangé un coq au vin excellent, abattu la veille car devenu agressif; avec les enfants, ils ne pouvaient pas prendre de risque.
Aujourd’hui on est allé ratisser l’herbe sur une parcelle louée, raide et assez éloignée. Si on a bien compris, Andreas a un délai pour faucher et un autre pour ramasser l’herbe. Nous en avons profité pour faire un crochet dans une fromagerie. On a goûté de l’Emmental. Après le repas de midi, le petit Nino, 5 ans, nous a guidés dans la forêt pour nous montrer une jolie cascade.
L’après-midi, rebelote avec nos râteaux et nos fourches autour de la ferme. On a nos premières cloques du voyage, … aux mains, on est fatigué. Ce soir, il pleut, on verra ce que nous réserve le ciel pour notre déplacement vers Willisau.
T & M

Nino, 5 ans, devant la cascade

Jour 43 : 05 septembre. Werthenstein – Willisau-LU (13 km). Avons pris congé de la famille Plattner et leur souhaitons plein succès pour leurs projets.
Avons marché sous la pluie. C’était difficile de se lancer mais une fois parti, on marche et on ne se pose plus de questions. On a marché plus lentement pour éviter de transpirer trop sous les habits en goretex. Les souliers étaient mouillés à l’arrivée. Un magasin de sports est prêt à nous les imperméabiliser demain gratis, s’ils sont bien secs. A voir. Avons marché sur de jolis petits chemins ombragés; il fallait imaginer le soleil ! Avons mangé 500 grammes de pâtes et 4 petits steaks; serons donc en forme olympique demain. Au fait, ces jeux, comment ?
Étions contents de reprendre la marche; c’est comme un besoin. Beaucoup de gens s’intéressent au projet et ça fait plaisir. T est fier de ce qu’il a fait. M aussi ! Demain c’est Huttwil, les pieds au sec et, si possible, dans une ferme bio. On se rapproche vite de la maison mais n’ayez crainte, le comité nous prépare plein de surprises pour la dernière ligne droite !  
T & M

Le centre de Willisau

A ce stade, la distance parcourue est de environ 624 km

Jour 44 : 06 septembre. Willisau – Schwarzenbach-Huttwil-BE (13 km). Réveil avec un épais brouillard; c’est l’automne !
Sommes allés faire imperméabiliser nos souliers au magasin de sports. Gratos ! Marche plutôt sauvage avec quasi aucun village et peu d’habitations, impression d’être seuls au monde.
Voulions nous faire une fricassée de chanterelles mais avons laissé ça à d’autres. Arrivée à Schwarzenbach et accueil par la famille Paul et Silvia Aeschimann, propriétaires d’un domaine bio: vaches portantes, céréales et plantes médicinales. Ils ont en outre une centaine d’arbres fruitiers pour eux. Paul travaille à côté et fait des contrôles dans des fermes normales et Silvia est naturopathe. 
Avons pris part, comme d’habitude, aux tâches ménagères et avons promené le chien. Demain c’est Burgdorf !  
T & M

Un chemin à chanterelles
Ferme et domaine de la famille Paul Aeschimann
Mme et M. Aeschimann à Schwarzenbach-Huttwil

Jour 45 : 07 septembre. Schwarzenbach-Huttwil – Heimiswil-Burgdorf-BE (20 km): nuit agitée à cause de nos copains les mosquitos. Ça fait plusieurs semaines qu’on les a sur le dos. Enfin façon de parler car ils nous piquent partout, vraiment partout…
Superbe balade d’environ 6 heures sur les hauteurs, avec vue imprenable sur les Alpes (nos trois copains : Eiger, Mönch et Jungfrau, vus depuis plus loin) et les Préalpes. On a même vu le Jura et on se sent comme chez nous. Partout sont aménagés des endroits pour le pique-nique ; ils sont tous plus beaux les uns que les autres.
Avons été accueillis par Mathias Steffen et ses parents dans une magnifique ferme bernoise. Mathias dirige un domaine Demeter avec production de lait, cultures et quelques arbres fruitiers. Nous sommes logés dans une chambre très confortable avec MOUSTIQUAIRE. Yes ! Avons donné de l’herbe aux vaches et avons appris à tourner la fourche pour ne pas les blesser.
T & M

Nos trois copains : Eiger, Mönch et Jungfrau
Place de pique-nique tip top !
Ferme de la famille Steffen
Mathias Steffen et ses parents à Heimiswil-Burgdorf

Jour 46 : 08 septembre. Heimiswil-Burgdorf – Moosseedorf-BE (18 km). Ce matin je me suis réveillé une heure après la naissance d’un veau. Mathias le propriétaire n’avait pas encore regardé si c’était un veau ou une génisse. Départ en direction de Berne en passant par Burgdorf. Trajet plus difficile pour la trajectoire : à tous les carrefours il faut regarder la carte, longues lignes droites. L’environnement est moins beau qu’avant, grosse chaleur sèche à cause du vent. Nuit dans un camping. Aucun magasin à l’horizon.
T

En passant par Burgdorf

Jour 47 : 09 septembre. Moosseedorf – Scheuren-BE (21 km). Réveil humide, départ à 10:40 à cause des affaires que nous avons dû faire sécher. J’ai trouvé la marche plus jolie aujourd’hui car nous étions en campagne et pas en ville. Petite erreur de parcours ce matin. Accueil par la famille Andreas et Erika Jenni agriculteurs bio. Démontage et remontage de la tente car un jeune chat sautait sur les cordes, se faisait les griffes sur les moustiquaires et s’enfilait dessous. J’espère qu’on va pouvoir bien dormir.
T

Montage et remontage de la tente
Ferme de la famille Andreas Jenni (le chat est au premier plan)
Mme et M. Jenni à Scheuren

Jour 48 : 10 septembre. Scheuren – Sutz-Lattrigen-BE (10 km). Cette nuit, j’ai entendu des bruits de pas et des grognements. J’ai pensé à un sanglier, j’ai entendu les chiens aboyer et les bruits sont partis. M à eu de la visite cette nuit: le petit chat qui a démonté ma tente hier est venu lui faire un petit trou dans la moustiquaire. J’ai appris au petit déj qu’Andreas avait 30 vaches laitières et plus de 600 lapins qui sont partis pour l’abattoir; nous avons loupé l’arrivée des prochains de quelques jours. Puis j’ai balayé la plage grâce à mes canards que j’ai payés avec du pain. Désolé mais il fait toujours beau.
T

Le soleil se couche à Sutz-Lattrigen

Jour 49 : 11 septembre. Sutz-Lattrigen – Erlach(District de Cerlier)-BE (13 km). Après une bonne nuit un peu plus sèche, marche jusqu’à Erlach. Nous avons dû aller plus loin pour trouver un camping qui acceptait les tentes. Nous sommes passés sur le barrage de l’arrivée de l’Aar, c’était impressionnant ! Le montage des tentes a été plus difficile à cause du sol très dur : mes sardines sont plantées à 2cm de profondeur. 
T

Passage du barrage de l'Aar
Le lac de Bienne et l'île St-Pierre

Jour 50 : 12 septembre. Erlach(District de Cerlier)-BE (10 km). Cette nuit j’ai repensé au sanglier car un homme dans une caravane a toussé très fort toute la nuit. Petite visite d’Erlach pour but de trouver un travail à la commune : sans succès. Avons aussi contacté M. G de la commune de Vinelz qui devait s’occuper de nous : nous n’étions pas formés ni équipés. Sommes allés visiter la presqu’île de Saint-Pierre et le couvent, en tout une dizaine de kilomètres. Gros orage à l’horizon, on vous racontera demain.
T

Le lac de Bienne et la presqu'île de St-Pierre
Le couvent de la presqu'île de St-Pierre
La cour intérieure du couvent

Jour 51 : 13 septembre. Erlach(District de Cerlier)-BE. Après avoir été bien menacé par les éclairs et tous ces gros nuages, nous avons pu dormir sans une goutte sur la tente. Journée sans marche c’est la première depuis notre départ. C’est ennuyeux car on ne fait rien. M a fait quelques téléphones et grâce au travail du comité la fin du séjour se présente bien. Demain on se remet en marche pour La Neuveville ; on vous promet des surprises. Belle journée sans un nuage.
T

L'orage arrive sur le lac de Bienne et le Jura
L'orage est passé sur le lac de Bienne et le Jura

Jour 52 : 14 septembre. Erlach(District de Cerlier) – La Neuveville-BE (10 km). Grâce au négociateur M on a payé une tente au lieu de deux et deux nuits au lieu de trois. Merci à la gentille réceptionniste. Joli déplacement à La Neuveville où on parle enfin français. Rencontre surprise de Jean Daniel Giauque dans un petit magasin : il nous a reconnu grâce à nos gros sacs. Jean Daniel est artisan viticulteur-encaveur et il a en plus des animaux : deux taureaux, des vaches, des veaux, des cochons, des poules et des moutons. Il n’est pas bio mais travaille selon les méthodes bios. Avons aidé l’après-midi à mettre 4 cuves en bouteilles.
T

Le canal de la Thielle
Au centre de La Neuveville
Dans la cour de M. Giauque à La Neuveville
Mise en bouteille au domaine

Jour 53 : 15 septembre. La Neuveville-BE. Mise en bouteille toute la journée. Pour la mise en bouteille il y a trois machines : une pompe pour pomper le vin dans une autre cuve, une machine pour remplir les bouteilles et une pour les bouchonner. Après il faut mettre les bouteilles dans des caisses et les ranger. Pour finir : un bon repas fait part M.
T

D'abord, remplissage des bouteilles
Puis, la machine à bouchonner

Jour 54 : 16 septembre. La Neuveville-BE. Le troisième jour que nous sommes là et que nous donnons un coup de main. Ce matin j’ai nettoyé les cuves et les bouchons, ainsi que l’après-midi et je suis allé nettoyer les vaches et un des taureaux. J’ai aussi essuyé quelques bouteilles. L’employé m’a appelé et nous sommes montés au chalet. Là-haut c’était très joli. Il y avait une dizaine de cochons en plus de ceux qui sont en bas. Après le souper, Jean Daniel Giauque a fait deux fromages d’une façon extraordinaire : il chantait en russe, brassait à la main et mesurait la température sans thermomètre au degré près. Il m’en a dédié un. L’ambiance était extra, j’étais content et à l’aise.
T

Les cartons de bouteilles sur des palettes
Jean-Daniel fait cuire mon fromage...
...en chantant une mélodie russe

A ce stade, la distance parcourue est de environ 739 km

Jour 55 : 17 septembre. La Neuveville-BE. Ce matin j’ai aidé à nettoyer et à préparer pour les caves ouvertes. Et mon papa et venu nous trouver, malgré le temps. Il a amené à manger pour un régiment. Normalement on devait aller manger des grillades au bord du lac; j’étais content mais j’ai senti que nous étions encore dans notre aventure avec M et que ce n’était pas encore fini. Nous avons passé une bonne soirée dans les caves.
T

Tout est prêt et nettoyé
Les caves sont ouvertes

Jour 56 : 18 septembre. La Neuveville-BE. Aujourd’hui rebelote cave ouverte. Nous avons reçu un message d’Eveline Hebeisen pour la deuxième fois et je suis content qu’elle prenne des nouvelles de nous. Aujourd’hui grosse lessive en prévoyance de demain. Déjà 5 jours que nous sommes là, je me suis beaucoup attaché à tout le monde et je sens que demain ça risque d’être dur.
T

Les vins du domaine en dégustation
Jean-Daniel avec son fidèle employé M. Doro, très sympa

Jour 57 : 19 septembre. La Neuveville – Salavaux-VD (21 km). Aujourd’hui départ difficile pour les émotions, de très jolis paysages, beaucoup de changements météorologiques mais du bol avec le ciel bleu qui nous suivait. Dur dur de reprendre la marche, j’ai un peu mal aux pieds. M a mal partout. Accueil de M. Benjamin Blaser agriculteur bio et Demeter. À peine passé le röstigraben que je tombe sur deux filles qui travaillent pour lui et qui ne parlent que l’Allemand, pas de bol.
T

Maison de la famille Blaser à Salavaux
Mme et M. Blaser avec Hannes, leur fils
La famille avec l'apprenti et un collaborateur

Jour 58 : 20 septembre. Salavaux-VD. Ce matin debout de bonne heure pour une journée de travail: nettoyer les haricots, aidé à décharger des patates, nettoyer les échalotes, aller ramasser les patates, ramasser des oignons, et enlever les mauvaises herbes autour des salades. Après une journée comme ça, j’ai un peu mal au dos. Vivement mon sac de couchage. Souper très bon fait par la patronne et avons passé une bonne soirée.
T

Les salades et les mauvaises herbes
Ramasser des patates
Et les haricots !

Jour 59 : 21 septembre. Salavaux – Engollon-NE (26 km). Marche de 2 heures jusqu’à Cudrefin. Traversée en bateau jusqu’à Neuchâtel pour éviter une marche de 9 heures en faisant le tour du lac. Montée raide. Un très bon accueil par la famille Comtesse, agriculture féérique. Ils ont un domaine bio, un restaurant, une chambre d’hôte et font de la vannerie. Ils ont des chèvres, des chevaux et des poules. Une famille qui recherche beaucoup d’Harmonie. Suite des découvertes demain.
T

Vue sur le lac de Neuchâtel
La ferme de la famille Comtesse à Engollon

Jour 60 : 22 septembre. Engollon-NE. Réveil glacial, 4 degrés. Nous avons pris part à l’achat de semences, de poissons et d’une livraison de farine à…Montesi-FR ! Avons travaillé au restaurant en préparant des légumes: carottes jaunes, carottes oranges, courgettes, brocolis, panais et céleris. J’ai fait une grosse marmite de purée de pomme de terre. L’après-midi nous sommes allés au champ pour arracher des lampées. Petit souper en tête-à-tête avec M et des produits bios achetés à …Montesi-FR. À demain pour de nouvelles découvertes.
T

Les lampées n'ont qu'à bien se tenir
Le restaurant de la famille Comtesse
Vue sur le jardin féérique

Jour 61 : 23 septembre. Engollon-NE. J’ai oublié de vous dire qu’hier Didier Cuche a mangé ma purée de pommes de terre, il avait l’air d’aimer. Bertrand et Sylvie nous font partager un monde féérique : des conseils de fées un peu partout, le grand chêne gardien de la forêt, Bertrand gardien de ses terres, le nom du restaurant (Terre ô fées). Ce matin nous avons repris la marche pour aller faire quelques courses. Avons été invités à manger au restaurant du domaine. C’était très bon et sympa. Avons rencontré Stan un éducateur voyageur très intéressé par le projet. J’ai arraché les lampées et j’ai dû arrêter car ils devaient puriner et labourer. Souper préparé par moi-même, très bon.
T

Arrachage des lampées
Fin prêt pour puriner
La région est magnifique

Jour 62 : 24 septembre. Engollon-NE. Ce matin avons nettoyé les environs de la ferme et du restaurant. Après un repas avec la famille au complet avons été prendre une photo avec elle. Avons ramassé des pruneaux et sommes allés arracher les lampées. Nous sommes allés à la prairie magique, là où Sylvie et Bertrand se sont mariés. V, la secrétaire de l’association, nous a amené des plus gros sacs de couchage, a repris nos tentes et nos petits sacs de couchage. Avons passé un super moment en sa compagnie.
T

La cueilette des pruneaux
La prairie magique
La famille Bertrand et Sylvie Comtesse au complet

Jour 63 : 25 septembre. Engollon-NE. Après une bonne nuit dans nos bons gros sacs de couchage, avons fini d’arracher les lampées et avons été nous balader dans le jardin de Cernier, à l’école des métiers de la terre et de la nature. Il y avait plein de jolies fleurs, fin de journée tranquille.
T

Du côté des jardins éphémères
Mur en pierres sèches
Un joli massif de fleurs

Jour 64 : 26 septembre. Engollon-NE. Sommes allés chercher la farine au moulin et avons ramassé des gros cailloux dans les champs. L’après-midi j’ai tondu le gazon pendant que M mettait la farine et les pâtes en sachet. Ramassage et livraison des pommes au pressoir.
T

Ramassage des pommes

A ce stade, la distance parcourue est de environ 786 km

Jour 65 : 27 septembre. Engollon – Boudry-NE (14 km). C’est difficile de partir après 6 jours chez la même personne, où on s’attache beaucoup, et je suis toujours un peu inquiet de ne pas savoir comment s’organiser chez le prochain. Petite balade agréable, température plutôt froide le matin et plutôt chaude vers 11 heures avec une petite pluie vers 2 heures.
Accueil par Jean-Noé et Anne Morier-Genoud, ainsi que Lena et Gwenaël Vallée Fontenau. Ces quatre jeunes ont repris en fermage le domaine de Trois Rods, naturellement bio ! 
T

Le bourg de Valangin
Sous l'oeil du Mont Racine
Le pont de grange de la Ferme de Trois Rods

Jour 66 : 28 septembre. Boudry/Les Trois Rods-NE. Avons passé la journée avec deux agriculteurs à Montézillon. Ce matin nous avons récolté des courges, des carottes et des pommes de terre. L’après-midi, rebelote pour les courges. En fin de journée avons assisté à la traite des vaches. Avons donné le lait aux veaux et la nourriture aux vaches. La journée s’est terminée par la livraison des légumes et le retour aux Trois Rods.
T

La traite des vaches
Le biberon pour les veaux
Et du foin pour les vaches

Jour 67 : 29 septembre. Boudry/Les trois Rods-NE. Ce matin nous avons accroché les framboisiers aux fils, ramassé quelques courges et avons arraché quelques lampés. J’ai un peu mal au dos mais ça va.
T

Ramassage des courges

Jour 68 : 30 septembre. Boudry/Les trois Rods-NE. Boudry/Les trois Rods-NE. Ce matin vendange chez le vigneron d’à côté, c’était très sympa. On a vendangé du Chardonnay pour faire du mousseux. A midi j’ai eu la visite de M. B, responsable de mon projet professionnel. Il a mangé avec nous, on était 8 à table. L’après-midi, j’ai discuté avec lui pour faire le point, voir ce qui avait changé et mes besoins pour l’avenir. J’étais fier de moi car je m’ouvre de plus en plus. Ensuite avons arraché les lampés (Rumex obtusifolius ^^) avec M. B. Avons encore rempli une brouette entière après son départ. Journée variée et bien remplie.
T

Ici, la terre est fertile