Marche de TXXX accompagné par Michael

– Le stage de préparation à Démoret

Jour 8 : 01 août. Cremin – Moudon-VD (11 km). Après une nuit dans la paille et un bon petit déj avec Jean Thüler, nous aidons à mener du bois sur le feu du 1er août. Au revoirs touchants. Belle descente sur Lucens avec des souliers pas encore secs. Montée sur les Curtilles et sa belle église, puis ligne droite vers Moudon. Accueil extraordinaire de la famille Werner Streit. Nous avons ramassé quelques 400 oeufs pondus par leur élevage de poules, bio comme il se doit ! Belle nuit en perspective. 
T & M

Église de Curtilles - Lucens
Lucens
Famille Werner Streit à Moudon

Jour 9 : 02 août. Moudon – Autigny-FR (26 km). Après une nuit perturbée par les feux du 1er août, réveil humide grâce aux bisous d’un jeune chien. Petit déj royal. Sacrée montée jusqu’à Romont. Nous avions prévu une halte dans une ferme bio. Malheureusement, ils n’ont pas pu nous héberger. L’étape suivante étant très longue, nous avons décidé d’avancer un bout. Après trois heures de marche, nous sommes arrivés fatigués à Autigny et avons trouvé refuge dans un gîte, une bonne nuit nous fera le plus grand bien. 
T & M

Château de Romont

Jour 10 : 03 août. Autigny – Corminboeuf-FR (18 km). Après un sommeil réparateur et un bon petit déj , départ matinal direction Fribourg. Il a fait très chaud et on le supporte de mieux en mieux. Alternance de paysages urbains et campagnards. Des gens prévenants ont dressé une petite table avec quelques victuailles pour les pèlerins; cool. Après quelques 5 heures de marche, arrivée à Corminboeuf, chez la famille Patrick Carrel, qui dirige un domaine bio. Absence du chef pour cause de battage jusqu’à pas d’heure avant la pluie annoncée demain soir. Visite de la serre aux tomates cultivées par Madame et sa belle-maman, sans aucun pesticide, naturellement. Avons arrosé les nombreuses fleurs qui ornent les différents bâtiments de la ferme. Souper très convivial avec des gens très attachants. À demain pour de nouvelles aventures. 
T & M

Quelques victuailles pour les pèlerins
Sur le chemin de Corminboeuf
Maison de la famille Carrel à Corminboeuf
Mme et M. Patrick Carrel

Jour 11 : 04 août. Corminboeuf – Fribourg-FR (8 km). Il a été dur de quitter la famille Carrel après leur accueil très chaleureux. Nous avons beaucoup marché en périphérie de la ville pour emprunter le tout nouveau pont de la Poya, ouvrage magnifique qui offre une vue imprenable sur la vieille ville. Pique-nique au bord de la Sarine et après-midi consacré à la visite de Fribourg (8 km), de ses fontaines, de la cathédrale et de ses 356 marches. Dur pour le souffle mais vue extraordinaire sur la région. Fin de journée à l’auberge de jeunesse avec un prix canon, c’est peut-être pour ça qu’on a dû se faire à manger dehors. 
T & M

Le pont de la Poya
Vue depuis le clocher de la cathédrale
La cathédrale de Fribourg

Jour 12 : 05 août. Fribourg – Heitenried-FR (15 km). Temps couvert et quelques pluies résiduelles, un temps idéal pour marcher. Nous avons passé à Tavel avec son église et ses deux chapelles dont une dédiée à Saint Jakob. A travers un chemin creusé dans la molasse, nous avons atteint Saint Antoni. Arrivés à destination, nous avons été accueillis par Reto Ackermann et ses filles, Madame travaille à l’hôpital. Après avoir chargé un char avec des sacs remplis de fourrage, avons visité une fromagerie industrielle puis, fondue moitié-moitié. Délicieux. 
T & M

Église de Tavel
Sur le chemin de Saint Antoni
Famille Reto Ackermann à Heitenried
Fromagerie industrielle

Jour 13 : 06 août. Heitenried – Rüeggisberg-BE (14 km). Rösti zum Frühstück. Ausgezeichnet! Ab jetzt sprechen wir Deutsch. Wir haben uns von der Familie Reto Ackermannverabschiedet. Das sind nette Leute. Wir sind bis Rüeggisberg gelaufen. Dort haben wir ein billiges Zimmer neben dem Kloster. Besondere Stimmung… Vielleicht sehen wir morgen die Jungfrau, wenn es keine Wolke gibt. Morgen gehen wir nach Riggisberg vorbei. Man hat uns gesagt, dass die Präsidentin von Bio-Schweiz, Frau Furer, dort wohnt?! 
T & M (pour la version allemande)

A ce stade, la distance parcourue est de environ 131 km

Sur le chemin de St Jakob
Sur le chemin de Rüeggisberg
Non loin de Ruine Grasburg

Jour 14 : 07 août. Rüeggisberg – Wattenwil-BE (10 km). Déjeuner extraordinaire préparé par le couple qui nous a hébergés. Comme prévu nous avons été émerveillés de voir ces trois sommets : Eiger, Mönch et Jungfrau. Ils nous ont accompagnés toute la journée. Descente direction Wattenwil sous un soleil de plomb à travers des paysages vallonnés. Après une rude montée de 30 minutes, accueil par la famille Heinz Engeloch, propriétaires d’un domaine bio qui produisent du lait; nous en avons donné aux veaux. L’ancienne ferme a brûlé et la nouvelle est très moderne. Elle est énergiquement quasiment indépendante : panneau solaire pour l’électricité et pour l’eau chaude, et bois de chauffage. L’étable a été conçue pour changer d’affectation si nécessaire, des poules et des ruches complètent le menu. 
T & M

Vue sur l'Eiger, le Mönch et la Jungfrau
Ferme de la famille Heinz Engeloch à Wattenwil
Famille Heinz Engeloch à Wattenwil

Jour 15 : 08 août. Wattenwil – Merligen-BE (23 km). Déjeuner avec la famille. Drôle de contraste entre la joie d’arriver dans une ferme avec une famille très accueillante, qui nous fait confiance sans nous connaître et la tristesse ressentie par tous au moment du départ. Étape à priori facile !!! 4,5 heures disait le guide. Nous avons marché 7 heures en mangeant très peu à midi. C’est très fatigués que nous sommes arrivés à Merligen, après une traversée en bateau rafraîchissante. Nous avons trouvé refuge dans un château habité par des pères où nous avons aidé à faire la vaisselle pour au moins 50 personnes. Prix défiant toute concurrence. Demain, ferme bio à Interlaken et ensuite, ferme bio à Brienz.
T & M

L'Aar
Vue sur le lac de Thoune
Notre gîte à Merligen

Jour 16 : 09 août. Merligen – Interlaken Ost-BE (14 km). Marche le long du lac de Thoune et le long de l’Aar. Avons mis près de 6 heures dont 2 sous la pluie. Nous sommes accueillis par la famille Ueli Balmer, propriétaires d’un domaine bio situé entre l’Aar et le début du lac de Brienz. Il pleut et il fait froid mais les prévisions sont bonnes.
T & M

En passant par dessus l'Aar
Mme et M. Ueli Balmer

Jour 17 : 10 août. Interlaken – Brienz-BE (18 km). Jolie étape avec vue plongeante sur le lac de Brienz et sa couleur vert émeraude. Soleil, chaud, pluie et froid ont rythmé la journée. Le terrain est raide et les paysans ont monté des murets en pierres sèches. Accueil chaleureux de la famille Albert Thöni, propriétaires d’un domaine bio. La famille nous a conseillé une petite escapade. En fin de journée nous avons donc marché une heure et demie pour visiter Giessbach et sa cascade géante. Nous avons passé une belle soirée avec la famille et nous avons aidé à préparer le souper et à faire la vaisselle. Moment très chaleureux.
T & M

Vue sur le lac de Brienz
Mme et M. Albert Thöni à Brienz
Cascade de Giessbach

Jour 18 : 11 août. Brienz – Brünigpass-BE (11 km). Après une nuit fraîche… petit déj avec la famille et départ pour Ballenberg sous un temps automnal. Visite du site : reconstruction de bâtiments ruraux voués à la démolition (autoroute, zone industrielle, ville,…) et retour d’un beau ciel bleu pour l’interminable montée au col. Puis descente finale pour aller goûter un repos bien mérité à la maison des amis de la nature. Nous avons quitté le canton de Berne pour celui d’Obwald.
T & M

Montée sur le Brünigpass
A proximité du col
Le Brünigpass

Jour 19 : 12 août. Brünigpass – Flüeli-Ranft Sachseln-OW (22 km). Longue et très belle étape. Démarrage sous ciel couvert puis se dégageant à la mi-journée. Paysages magnifiques et 2 lacs longés intégralement. En avons profité pour une petite baignade bien méritée. De nouveau dans un canton catholique : il y a des signes religieux un peu partout. Nous sommes dans le village de Nicolas de Flūe. A vos livres d’histoire !!! T prend de plus en plus sa place dans le duo; c’est cool. Nous avons trouvé refuge auprès de la famille Reto Odermatt. Lui est sculpteur sur bois et elle s’occupe de leurs 3 enfants après avoir été enseignante. Avons soupé seuls, mode camping mais prendrons le petit déjeuner avec eux demain matin. Guete Nacht ! 
T & M

Le Lungerersee
Le Sarnersee
La maison de la famille Odermatt à Sachseln
La famille Reto Odermatt à Sachseln

Jour 20 : 13 août. Flueli-Ranft Sachseln – Stans-NW (17 km). Petit déj avec la famille Odermatt, moment sympathique. Étape courte mais éprouvante sous le soleil. Nous allons passer une nuit dans la paille mais avec une organisation top classe. Les photos vous donneront une idée. Douche et cuisine de campagne par nos soins.
T & M

Notre gîte pour la nuit à Stans
Notre gîte pour la nuit à Stans

Jour 21 : 14 août. Stans – Beckenried-NW (19 km). Confortable nuit dans la paille. Au déjeuner, bonne surprise : un couple avec qui on a discuté a décidé de nous offrir la nuit. Cadeau !!! Agréable et belle marche sur les hauteurs et sur les rives du lac des Quatre-Cantons, malgré un puissant détour pour rejoindre la via Jacobi. Petite baignade au passage. Arrivée et accueil par la famille Jost Käslin, propriétaires d’un domaine bio. Monsieur nous a menés à l’alpage ! Vue grandiose et avons pu voir la difficulté de travailler des terrains aussi accidentés. Avons aidé à charger une machine. Souper et déjeuner avec le couple Käslin avec lequel nous avons eu un bon contact.
T & M

Le lac des Quatre-Cantons
Der vierwaldstättersee
La maison de la famille Jost Käslin à Beckenried
Mme et M. Jost Käslin à Beckenried

Jour 22 : 15 août. Beckenried – Schwytz-SZ (18 km). Réveil matinal pour un petit déjeuner avec la famille. Une fois de plus nous avons vécu des beaux moments de partage. Jost Käslin est un personnage au contact facile et très malicieux. Aujourd’hui nous avons particulièrement souffert de la chaleur. Nous étions tout proches de la prairie du Grūtli et avons traversé plusieurs cantons. Le fait de ne pas savoir où on va dormir, est quelque chose qui nous prend du temps : téléphones, adaptation du programme (aujourd’hui on voulait aller plus loin mais c’était complet), détours pour arriver à destination, achat de nourriture ou pas, selon les circonstances, jours fériés, … Nous avons un toit, nous avons fait les courses et l’orage gronde. Ouf !
T & M

Traversée avec le ferry
Derniers regards sur le lac des Quatre-Cantons

Jour 23 : 16 août. Schwytz – Einsiedeln-SZ (20 km). Une fois de plus, on n’a presque rien payé pour la nuit à Schwytz. La patronne était super sympa. Après une bonne nuit et un réveil matinal, montée vers le point culminant de la via Jacobi. Près de 1000 mètres de dénivelé pour digérer les 500 grammes de pâtes mangées hier soir ! Arrivés au sommet c’est près de 500 mètres de descente qui nous attendaient, pour nous reposer les genoux. Longue tirée jusqu’à Einsiedeln. Le couvent étant complet, nous nous sommes rabattus sur un B & B. Accueil sympathique du patron. Avons assisté à une messe en latin. Les pères ont défilé et chanté. C’était beau. 
T & M

A ce stade, la distance parcourue est de environ 303 km

Panorama du Haggenegg
Panorama du Haggenegg
Abbaye territoriale d'Einsiedeln
Vue intérieure de l'abbaye d'Einsiedeln

Jour 24 : 17 août. Einsiedeln – Rapperswil-Jona-SG (16 km). Petit déj particulier dans une vieille maison avec un plafond à 1 m 80, une chambre remplie de livres genre très cultivés, des petites tasses à thé de nos grand-mères, musique classique plus ou moins gaie et démarrage sous la pluie. Petit bilan en cour de route : T a pris conscience qu’il est costaud et persévérant. Il s’ouvre de plus en plus aux gens et il commence à prendre des initiatives. Des liens forts commencent à se tisser dans le duo. Arrivée à Rapperswil-Jona par un pont en bois sur le lac. Vieille ville magnifique.
T & M

Arrivée sur le Zürichsee
Rapperswil-Jona est de l'autre côté
Traversée par le pont en bois
Vieille ville de Rapperswil-Jona

Jour 25 : 18 août. Rapperswil-Jona – Ricken-SG (19 km). Long trajet sous un ciel menaçant. Nous avons marché vite pour éviter la pluie qui s’est mise à tomber abondamment à notre arrivée et accueil par la famille Thomas Bachofen – Fust, propriétaires d’un petit domaine bio non-certifié de vaches portantes. La production est bio mais doit être vendue normalement vu la non-certification. Le patron travaille à 100% et exploite le domaine en plus. Accueil très très chaleureux de toute la famille. Le père s’est beaucoup occupé de T même s’il ne parlait pas un mot de français. T a beaucoup apprécié et était tout sourire. Nuit prévue dans la paille mais vu les conditions météo, avons été accueillis au salon. C’était plus pratique aussi car l’étable est très éloignée de la maison et des commodités. Joli moment de partage. Avons pris part aux tâches ménagères.
T & M

Maison de la famille Bachofen - Fust à Ricken
Un coup d'oeil sur le domaine
Famille Thomas Bachofen - Fust

Jour 26 : 19 août. Ricken – Sankt Peterzell – Aemisegg-SG (19 km). Nous sommes fatigués rien qu’à écrire les noms ! Devinette : ce sont deux petits points tous mouillés qui montent et qui descendent. Qui est-ce ? VALLONNE. On vous dit que c’est vallonné… 
Lors des innombrables descentes nous avons pu discuter sur la notion de travail. Si nous avons jusqu’ici relativement peu travaillé, nous avons vu des réalités d’agriculteurs où le travail n’est pas un vain mot : à 60 ans, Jost Käslin est parti une seule fois en vacances, Thomas Bachofen – Fust a un métier et il s’occupe de ses vaches en dehors du travail, Albert Thöni s’apprêtait à partir faucher des pentes abruptes, Heinz Engeloch était en souci avec une vache malade et la qualité de son lait, Patrick Carrel a moissonné jusqu’à pas d’heure et Jean-Marc Bovay jongle avec des activités diverses et variées et vit une saison difficile. Malgré ces écueils tous sont fiers de qui ils sont, de ce qu’ils font et d’où ils sont. Touchant. Ce soir nous avons trouvé refuge dans une communauté qui abrite des malades psychiques et dépendants, d’un certain âge (60 – 80 ans) en les faisant vivre ensemble et participer aux différents travaux de la maison, perdue au sommet d’une colline. Beau projet social.
T & M

Campagne saint-galloise vallonnée
Du côté de Sankt Peterzell

Jour 27 : 20 août. Aemisegg – Wiesen/Herisau-AR (10 km). Paysage toujours aussi vallonné. Avons fait une erreur de parcours qui a rallongé notre marche. A Herisau deux personnes nous ont accosté spontanément et nous ont proposé de nous héberger gratis. C’était vraiment super mais nous avions déjà un point de chute chez la famille Hansjürg Hebeisen, propriétaire d’un domaine bio à Wiesen/Herisau. Avons été cherché les vaches, monté et installé la future étable pour les veaux, y avons mis de la paille. Avons rempli les crèches d’herbe, appris à un tout jeune veau à boire du lait en lui tenant le museau sur la tétine. Ensuite rituel habituel : lessive, douche (pas toujours possible, une toilette express avec un slip propre en guise de lavette fait bien l’affaire), soin des pieds et résumé de la journée. Nous avons soupé et déjeuné avec la famille, beaucoup discuté du projet. Si une autre marche a lieu et emprunte le même itinéraire la famille a manifesté son intérêt pour accueillir à nouveau un duo. Chouette !!!
T & M

Paysage d'Appenzell
Collines vallonnées
Famille Hansjürg Hebeisen à Wiesen/Herisau

Jour 28 : 21 août. Wiesen/Herisau – Rorschach-SG (25 km). Nous avons pris congé de la famille et avons rejoint Herisau en une petite heure. Pris le train pour St-Gall, ce qui nous a évité l’ennuyeuse traversée de la banlieue, et nous avons ensuite traversé son centre historique avec ses vieilles maisons. Nous avons vu le fameux musée de la broderie. Descente sur le lac de Constance sous de légères ondées. M, en voulant soulever le fil d’une clôture a reçu une méchante secouée. Arrivée au bout de la Suisse avec le soleil. Nous sommes fiers d’être arrivé là. Nous passons une nuit dans une auberge de jeunesse qui se situe en dehors de la ville mais, cerise sur le gâteau, au bord du lac.
T & M

Vieille ville de St-Gall
Sur le chemin de Rorschach
Coucher de soleil sur le lac de Constance

Jour 29 : 22 août. Rorschach – Uttwil-TG (22 km). Longue balade le long du lac. Agréable pour les yeux mais pénible pour les pieds. Nous espérions une ferme à Arbon mais ça n’a pas marché. Nous avons donc poursuivi jusqu’à Uttwil pour nous rapprocher de Kreuzlingen et pour faire du camping. Installation des tentes, achat du souper en empruntant un vélo et souper avec le réchaud préparé par T. C’était bon.
T & M

Le long du lac de Constance
Vieille ville d'Uttwil

Jour 30 : 23 août. Uttwil – Kreuzlingen-TG (15 km). Réveil humide en raison d’une puissante rosée. Nous avons décollé tardivement d’ici en attendant que tout soit sec. E, intéressée par le projet, future marcheuse potentielle, nous a rejoints à 13 heures 12 exactement et poursuit la marche jusqu’à Kreuzlingen. Son regard extérieur lui permettra de mieux appréhender les choses. Nous avons trouvé les 3 dernières places à l’auberge de jeunesse (!!!), avons dû aller jusqu’en Allemagne pour acheter le pique-nique du souper et assisté au concert d’un accordéoniste qui a joué avec passion le même morceau !!! Demain on prend le coquillage et moteur !
T, M & E

Sur les berges du lac de Constance

Jour 31 : 24 août. Kreuzlingen – Tobel-TG (21 km). Nous avons eu un peu de peine à quitter Kreuzlingen car la connexion avec Suisse Mobile était inexistante. Avec l’aide des gens et du natel d’E, avons trouvé la sortie sans trop faire de détours. Nous avons marché jusqu’à Märstetten où E devait prendre le train pour rentrer, après son petit séjour avec nous. Nous avons eu du plaisir à lui faire partager notre vie pendant ces 24 heures. Nous avions réservé une nuit dans une ferme bio à 50.- CHF la nuit dans la paille, avec petit déjeuner, mais nous avons estimé cela trop cher. Du coup on est reparti pour 3 heures de marche pour aller jusqu’à Tobel. Il a fait bien chaud, on a beaucoup sué et nous sommes passés å côté d’une charmante école… Nous avons finalement trouvé une ferme bio, à Tobel. Elle offre des chambres à un prix abordable. Avons proposé nos services aux deux agriculteurs qui nous ont répondu qu’ils n’avaient pas de travail pour nous.
T & M

Auberge de jeunesse à Kreuzlingen
Nous sommes passés å côté d'une charmante école
Dans la petite ville de Tobel

Jour 32 : 25 août. Tobel – Fischingen-TG (15 km). Journée de marche sous un soleil de plomb. Visite d’une petite fromagerie. Vivianne, une ancienne apprentie, nous a fait faire le tour des installations. Encore merci à elle car elle s’est donnée beaucoup de peine et a beaucoup encouragé T. Reçu un SMS d’Eveline Hebeisen qui suit nos aventures sur Internet et nous demande comment ça va. Cela nous a fait très plaisir. Pour se rafraîchir, nous nous sommes baignés dans une rivière glacée. M a mal au dos depuis 2-3 jours mais ça ne l’empêche pas de marcher. Pour les ronflements, on ne s’est pas encore mis d’accord sur la version officielle. Accueil par Daniel Dünner et sa femme, propriétaires d’un domaine certifié Demeter (encore plus engagé que bio), dans une ferme perdue en pleine nature et installation des tentes pour une nuit réparatrice.
T

Ferme de la famille Daniel Dünner à Fischingen
Mme et M. Daniel Dünner à Fischingen
Installation des tentes pour la nuit en compagnie des vaches

Jour 33 : 26 août. Fischingen – Gibswil / Fischenthal-ZH (17 km). Longs préparatifs pour le séchage des tentes. Nous nous sommes réveillés à 7 heures puis partis à 10 heures, après de chaleureux au revoir à Daniel Dünner et sa femme. On a mis près de 2 heures à rejoindre la via Jacobi. Nous avons retrouvé nos vallons : nos montées, nos panoramas et nos descentes. Un nouveau rendez-vous manqué avec une ferme bio. Il a fait très chaud, encore plus qu’hier. Nous nous arrêtons à Gibswil / Fischenthal dans un charmant refuge. Nous prévoyons de rejoindre J, la présidente de l’association, demain à la mi-journée. Elle doit apporter des nouveaux pneux à M…comme quoi on marche !
T

Cour de la ferme de la famille Daniel Dünner à Fischingen
Nous avons retrouvé nos vallons

A ce stade, la distance parcourue est de environ 482 km

Jour 34 : 27 août. Gibswil/Fischenthal – Rapperswil-Jona-SG (16 km). Après une grande marche nous sommes arrivés à l’heure pour une rencontre avec J, responsable de la marche. Après-midi à la plage et retour avec quelques coups de soleil. Nuit à l’auberge pour pèlerins et repas végane préparé par les gardiens : tout simplement délicieux. M a reçu ses nouveaux pneus; J les lui a amenés. Demain ça va déchirer… ou pas … On verra. L’auberge est pleine et tout le monde fait des gags sur les ronfleurs. Ça promet !!!
T & M

Sur le chemin de Rapperswil-Jona
Dans la vieille ville de Rapperswil-Jona
Un graffiti à proximité de la plage

Jour 35 : 28 août. Rapperswil-Jona – Einsiedeln-SZ (16 km). Sur notre chemin de retour, c’est la première des deux étapes que nous avons déjà faite dans l’autre sens. Demain sera la deuxième et dernière. Nous avions vu juste avec les ronfleurs. Peter détient la palme mais les autres se sont bien défendus !!! M a très mal dormi. A côté de qui était-il installé ? On vous laisse deviner… Discussion entre T et M sur les thèmes du chemin et du but. Le chemin c’est avancer à chaque étape et arriver là ou on voulait aller. C’est aussi le fait d’aller de l’avant dans la vie, de grandir, d’apprendre. Très belle prise de conscience de T qui ne manque pas de ressources. Arrivée à Einsiedeln avec la recherche d’un logement et une crainte: croiser les ronfleurs. Mission accomplie: on retourne chez le même logeur que la première fois. La musique classique et la déco bizarre ne sont rien à côté. Il nous a même caché la clé au cas où on arriverait plus tôt. Sympa. On s’est séparé un moment et j’ai retrouvé M en train de chanter dans l’église; il m’inquiète. Allons souper avec deux vaudois rencontrés sur le chemin.
T & M

Sur le chemin d'Einsiedeln
T sur... le chemin
L'abbaye d'Einsiedeln

Jour 36 : 29 août. Einsiedeln – Schwytz-SZ (20 km). C’est la deuxième et dernière étape que nous avons faite en sens inverse. Elle nous a paru plus facile dans ce sens; la longue descente nous a rappelé la pénible montée d’il y a une dizaine de jours. Einsiedeln égal pluie : une petite pluie intermittente nous a accompagnés pendant la matinée, Lors de la montée sur Haggenegg, il a plu des cordes, on était trempés. En chemin, nous avons rencontré 4 Autrichiens que l’on avait déjà rencontrés avant. Nous avons marché un bout avec eux ; les retrouvailles et les au revoir ont été particulièrement chaleureux. Demain, on va quitter la via Jacobi pour longer le lac des 4 cantons jusqu’à Lucerne. Nous avons trouvé refuge dans la ferme de la famille Reto Betschart et Annamengia Werro dans laquelle on s’était déjà arrêté à l’aller. Son épouse, Annamengia, a trois chambres qu’elle loue. Elle nous avait déjà fait un prix et cette fois, comme il y a peu de monde, elle nous offre la nuit. Nous lui sommes reconnaissants pour sa gentillesse.
T & M

A proximité de l'abbaye
La région d'Einsiedeln égal pluie
Mme Annamengia Werro à Schwytz

Jour 37 : 30 août. Schwytz – Gersau-SZ (12 km). Via Jacobi jusqu’à Brunnen et très jolie balade sur les hauteurs du lac des Quatre-Cantons. M chante dans l’église et youtze dans la forêt. Il m’inquiète. On joue au chat et à la souris avec les nuages et la pluie mais on est resté au sec. Dans l’après-midi, nous avons rejoint la ferme bio de Bruno et Suzanne Camenzind sur les hauts de Gersau; vue imprenable sur le lac. Bruno est le frère de l’ancien champion cycliste, Oscar. Avons donné de l’herbe aux vaches puis récolté des mirabelles et des pruneaux. Bruno s’occupe des vaches et Susanne confectionne des préparations bio (sirops, confitures, thé, gâteaux, …) pour les marchés. On s’apprête à souper avec la famille et une jeune fille, Olivia, qui vient aider 3 semaines. Elle veut devenir ingénieure agronome et doit faire un stage. Elle est placée par Agriviva. Elle est mignonne; T n’en peut plus !
T & M

Arrivée à Gersau au bord du lac des Quatre-Cantons
Vue depuis le domaine de la famille Camenzind
Mme et M. Camenzind à Gersau

Jour 38 : 31 août. Gersau – Weggis-LU (18 km). Une petite étape sur le papier mais une plus longue pour les jambes. Des montées très raides ont alterné avec des descentes tout aussi raides. Nous avons emprunté des chemins de montagne qui obligeaient à se tenir avec les mains et à faire des grands pas. Avec nos sacs à dos, nous avons souffert. 
En guise de réconfort, nous avons mangé, au pique-nique, les bons gâteaux que Susanne nous avait donnés. Les brownies, hmmm, juste excellents !
Avons évoqué le projet professionnel de T avec l’idée de s’ouvrir à plusieurs possibilités : fromager, employé communal et au cas où, saison à l’alpage, stages Agriviva ou l’Aubier. Concernant ce dernier lieu nous espérons pouvoir y faire un crochet d’ici la fin de la marche. Coup de gueule : les forêts que nous avons traversées sont remplies de budléia, une vraie invasion pour des arbustes, qui ne sont pas indigènes et qui empêchent les autres de pousser. Arrachez-les !!!
Avons été accueillis à 5 heures par Bruno et Rebecca Muff, après Weggis. Ils sont propriétaires d’un domaine bio et font plein de choses. Ils distillent, pressent des huiles, font des vinaigres, des confitures, du savon, produisent de la laine avec leurs lamas, du miel avec leurs abeilles, des œufs avec leurs poules. Ils ont un magasin et un petit café pour les visiteurs. Nous avons été accueillis comme des chefs et avons pu nous servir de tout ce qui était dans le café. Nous avons été corrects…On est fatigué et on va installer le bivouac.
T & M

Au bord du lac des Quatre-Cantons
Un sentier parfois très périeux
Maison de la famille Muff à Weggis
Mme et M. Muff à Weggis

Jour 1 : 25 juillet. Départ de la maison difficile ce matin. Quitter les gens de la famille, déjà pour une première semaine, ça fait drôle. Nous avons bien été accueillis chez la famille Jean-Marc Bovay à Démoret, ferme bio avec un propriétaire qui propose plein d’activités différentes. Première marche avec un sac bien lourd. Petit souvenir de la tour Saint Martin. 
T & M

Petit souvenir de la tour Saint Martin

Jour 2 : 26 juillet. Démoret – Chêne-Pâquier-VD (4 km). Ce matin debout de bonne heure pour monter les chars. Ensuite, cours de samaritain : nous ne risquons plus rien ! Après-midi, nouvelle marche; visite d’une église avec des bonnes vibrations. Le soir petit pique-nique au bord du lac entre les deux. 
T & M

Église de Chêne-Pâquier

Jour 3 : 27 juillet. Démoret – Yvonand-VD (10 km). Nettoyage des boxes à chevaux le matin. L’après-midi, marche sur Yvonand avec comme objectif de se débrouiller pour trouver un coin pour dormir. Dur, dur, les gens sont méfiants… C’est au bistrot du coin qu’on a trouvé la perle rare. Jugez plutôt ! 
T & M

Du côté d'Yvonand
Du côté d'Yvonand

Jour 4 : 28 juillet. Après une nuit entrecoupée, réveil sous une puissante rosée. Au menu du petit déjeuner campagnard : deux gendarmes, du pain et un petit thé. Après le rangement de la tente mouillée, montée super rapide sur Démoret et séchage de la tente. Après-midi, petite sieste et achat du matériel manquant. Soirée au restaurant avec la famille de M. 
T & MJour 5 : 29 juillet. Démoret – Vuissens-FR (6 km). Petite marche de deux heures autour du golf de Vuissens. Magnifique vue sur le Jura, les Alpes et les Préalpes. Nous nous sommes “perdus” pour la première fois et avons utilisé la trousse de secours pour la première fois (piqûre d’abeille pour T). Ensuite nettoyage des boxes à chevaux et lapins. Après-midi chacun pour soi. Moissonneuse pour T et débarras du bois pour le feu du premier août par M. 
T & M

Golf de Vuissens et le jura
Du côté de Démoret

Jour 6 : 30 juillet. Ce matin, nettoyage traditionnel des boxes à chevaux, quelque rangement et.. après le travail tranquille de la moissonneuse, le travail beaucoup plus physique : rangement des bottes de paille. Des ennuis mécaniques et une météo capricieuse nous ont fait rentrer moins de paille que prévu. On peut déjà dire que marcher et travailler constituera un défi. 
T & M

Vue sur la grange et la paille

– Le départ

Jour 7 : 31 juillet. Démoret – Cremin-VD (11 km). Première étape sous la pluie. Démarrage pluvieux, reste du séjour heureux. La famille de T et des membres du comité étaient présents pour assister au départ qui a été reporté pour cause de déluge. Accueil chaleureux de la famille Jean Thüler. Affaires à sécher à la cave et nuit dans la paille. Le moral est bon. 
T & M

Marche de TXXX accompagné par Michael