Jour 69 : 01 octobre. Boudry/Les trois Rods-NE. Journée de repos. Ce matin grasse matinée, ça fait du bien, ensuite petit tour à Neuchâtel pour acheter des petits cadeaux pour les deux jeunes couples qui nous ont si gentiment accueillis. M en a profité de faire les regains chez un barbier italien. Souper tous ensemble pour fêter notre dernier jour.
T

Le marché dans la vieille ville de Neuchâtel
Les familles Morier-Genoud et Vallée Fontenau

Jour 70 : 02 octobre. Boudry/Les trois Rods – Fondation St George/Les Biolles/Concise-VD (16 km). Ce matin, départ très difficile comme à chaque fois. Ces 2 couples nous ont fait confiance. Quand tu reprends une ferme et que tu dois tout démarrer et que tu as plein d’idées, et que tu es enceinte (Anne doit accoucher ces jours et Lena au printemps), il n’est pas facile d’accueillir des voyageurs comme ça, de partager les repas, la salle de bains etc.. Après une semaine, je me sentais un peu comme à la maison.
Sinon jolie marche jusqu’aux Biolles, un temps avec beaucoup de changements météorologiques.
Très bon accueil par Deborah et Walter qui sont deux des éducateurs de la fondation. Perdue dans la forêt, elle accueille des personnes souffrant d’autisme. Les résidents participent aux travaux de la ferme : ânes, vaches, serre, potager, abeilles, bois, moutons, … Demain on a rdv avec un garde-forestier. Bolets au menu !
T

Le vignoble neuchâtelois
Par monts et par vaux
La Fondation St George/Les Biolles

Jour 71 : 03 octobre. Fondation Saint George/les Biolles/Concise-VD. Avons passé la journée avec Pierre-Yves Masson, garde-forestier de la région. Le matin avons fait la reconnaissance des billes de bois (mesure de la longueur, du diamètre, choix de la qualité). Avons assisté à l’abattage de deux gros arbres : impressionnant !!! Le chantier était très humide et il y avait beaucoup de boue. On a failli perdre M. A midi, après un pique-nique vite avalé avons cherché des truffes à l’aide des deux chiens de M. Masson. En avons trouvé une vingtaine en peu de temps.
L’après-midi, avons effectué le marquage des arbres. Journée bien remplie. Avons été impressionnés par la passion de M. Masson. On le revoit demain pour la suite.
T

Mesure du diamètre de l'arbres
Marquage de l'arbre à abattre
Remarquage de l'arbre avec une étiquette
M. Pierre-Yves Masson, garde-forestier, passionné et passionnant

Jour 72 : 04 octobre. Fondation Saint George/Les Biolles/Concise-VD. Ce matin, avons fait de la reconnaissance des billes de bois comme hier. Avons fait les 9 heures avec une équipe de bûcherons.
En fin de matinée, avons visité la plantation d’arbres à truffes de M. Masson. A midi, avons vu comment on nettoyait les truffes. Les parties abîmées et les déchets sont congelés deux fois, puis réduits en poudre, puis resemés autour des arbres à truffes. Avons dégusté les truffes de Bourgogne avec du beurre salé et des toasts: hmmm… Après un repas chez Mme et M. Masson avons assisté à un moment de bureau : enregistrement des reconnaissances sur l’ordinateur.
L’après-midi, sommes allés contrôler l’état des forêts du bord du lac. C’était très différent par rapport à ce qu’on avait vu. Avons même vu un barrage de castors. Un grand merci à M. Masson qui nous a fait découvrir son monde, son métier et ses passions.
Demain, journée à la ferme avec les résidents. A suivre…
T

Chargement du bois
Le terrain est presque impraticable

Jour 73 : 05 octobre. Fondation Saint George/Les Biolles/Concise-VD. Ce matin M a de nouveau eu une mésaventure avec un animal. Cette fois c’était une tique. Tout va bien on a réussi à l’enlever. Jean-Marc, l’éducateur responsable de la ferme, souhaite créer un jardin rond en forme de mandala. Il veut utiliser un bout de jardin en friche. J’ai dû faucher l’herbe, labourer le sol, amener du fumier et du compost.
L’après-midi, avons accompagné une équipe de résidents à la déchèterie. A notre retour, j’ai continué de labourer et d’égaliser le terrain. J’ai presque des cloques aux mains. Suite des travaux demain.
T

Fauchage de l'herbe
Labour du terrain

Jour 74 : 06 octobre. Fondation Saint George/Les Biolles/Concise-VD. Avons dîné avec Yvan, le responsable du site, et Thierry, le responsable de la maison. Yvan nous a annoncé qu’il nous offrait le séjour. Il fait ça car nous travaillons et c’est aussi une manière de soutenir le projet. Nous en sommes très reconnaissants.
Aujourd’hui, avons travaillé toute la journée sur le jardin-mandala. Ça commence à prendre forme. Ce matin on a eu l’aide de résidents et cet après-midi, on a travaillé seuls.
Demain ou samedi, on devrait avoir fini. 
Le temps passe vite.
T

Le jardin-mandala commence à prendre forme

A ce stade, la distance parcourue est de environ 816 km

Jour 75 : 07 octobre. Fondation Saint George/Les Biolles/Concise-VD. Aujourd’hui avons travaillé toute la journée sur le jardin Mandala et pour la première fois, nous étions seuls avec les résidents. Ça s’est très bien passé. J’ai bien aimé leur donner des conseils.
Je peine à me dire que dans une semaine je serai dans mon lit à cette heure-ci.
Demain on devrait avoir fini le jardin !
T

Petit à petit...
... le jardin mandala...
... prend forme...
... grâce à mon travail !

Jour 76 : 08 octobre. Fondation Saint George/Les Biolles/Concise-VD. Avons terminé notre mandala. Ça donne bien. Aujourd’hui, on a ajouté de la laine aux couches habituelles : branches, herbe, fumier, terre enrichie, terre végétale. Je pense que les résidents vont penser à nous quand ils vont cultiver ça.
Ce soir on va prendre congé d’eux en passant un petit moment ensemble juste avant le souper.
Ce stage m’a montré qu’on peut vivre avec des gens qui ont plus de difficultés que nous et qu’il faut les accepter. Encore tous nos remerciements à l’équipe des Biolles, notamment Thierry Dewiter, responsable du foyer Aventurine, Yvan Pouly, responsable du site, Déborah Estoppey, éducatrice qui s’est bien occupée de nous et Jean-Marc Moulin, éducateur responsable de la ferme.
Demain, on va SEMER L’AVENIR
T

Un peu d'herbe et de branches
Et de la laine pour finir
Thierry Dewiter, responsable du foyer Aventurine
Yvan Pouly, Déborah Estoppey et Jean-Marc Moulin

Jour 77 : 09 octobre. Fondation Saint George/Les Biolles /Consise – Essert-sous-Champvent-VD. Avons passé la journée à Montézillon avec une bonne partie du comité. Avons semé du blé, une variété ancienne, génétiquement non-modifiée. Tout le monde se mettait autour du champ avec une casquette remplie de graines de blé et avançait en faisant voler les graines dans le ciel. Ça m’a donné envie de faire plus souvent attention à ce que je mange, de manger plus de produits de la région, plus de produits bio… Sommes arrivés en avance à Essert-sous-Champvent et nous nous apprêtions à attendre jusqu’à 19 heures, heure du rdv. Finalement, Sylvain Agassis, maraîcher bio, est arrivé plus tôt que prévu. Comme il avait quelque chose à faire, ça a arrangé tout le monde. Ouf ! C’est un homme très charmant qui nous a bien installés et qui nous a laissé, dans le frigo, plein de nourriture qu’il produit.
Demain travail dans les serres je vous raconterai.
T

Semer l'avenir à l'Aubier-NE
Chacun(e) est invité(e) à semer sa graine
Le duo à Essert-sous-Champvent
Sylvain Agassis

Jour 78 : 10 octobre. Essert-sous-Champvent-VD. Premier jour chez Sylvain & Co. C’est Narciso, un employé portugais, qui s’est occupé de nous. Avons coupé du rampon. Je l’ai lavé, mis dans des caisses et pesé. Pendant ce temps M aidait à refaire le bas des serres brûlées par une machine. J’ai oublié de dire hier que les au revoir aux résidents des Biolles étaient émouvants, une fois de plus. Un peu mal aux genoux mais ça va, la terre est basse. Le dernier lundi de ce périple… qu’est-ce que ça va me manquer.
T

Serre à rampon
Serre à salade
C'est Narciso qui s'est occupé de nous

Jour 79 : 11 octobre. Essert-sous-Champvent-VD. Hier soir Sylvain et sa femme sont venus nous dire au revoir car ils partaient en Suisse allemande le lendemain. C’était un moment sympa. Il a trouvé que j’avais du courage et de la persévérance de faire cette aventure qui mélange marche et travail. J’étais fier et un peu plus confiant en moi-même. On s’est séparé en faisant une accolade. Émouvant.
Aujourd’hui, on a récolté du rampon. Ensuite, on a coupé des salades. On a continué en ramassant du rampon différemment. Les jeunes pousses étaient sur un lit de sable et on utilisait une sorte de pelle en forme de peigne. C’est plus facile que l’autre manière.
L’après-midi, avons enlevé le plastique brûlé d’une serre. J’ai coupé des bouts de fil de fer à utiliser comme attachespendant que M poursuivait le démontage. Avons fini la journée en bâchant l’intérieur d’une serre qui venait d’être semée.
Demain on reprend la route. On rejoindra l’arrivée en trois étapes de marche.
T

La serre à rampon

Jour 80 : 12 octobre. Essert-sous-Champvent – La Sarraz-VD (18 km). Avons mis les voiles et sommes allés saluer nos collègues portugais qui ont travaillé avec nous dans les serres. S’ils ont pu sourire de nos maladresses, leur salut de ce matin était particulièrement respectueux.
Je suis content de reprendre la marche pour trois jours. C’est comme ça que j’avais rêvé la fin. J’ai envie de marcher car ça fait un petit moment que l’on ne marche plus plusieurs jours de suite.
Sur le trajet, j’ai montré à M un endroit qui m’est cher. J’étais content et fier.
Pendant cette marche, j’ai souvent pris le temps d’observer les paysages, les brumes, trois biches dans la forêt, les vignes, la couleur de la terre, … Je me dis qu’on arrive à la fin et qu’il faut que je profite à fond des derniers instants…
T

Départ d'Essert-sous-Champvent
Le château de Champvent
La chaîne du Jura sous la bise

Jour 81 : 13 octobre. La Sarraz – Collombier-sur-Morges-VD /Les Sapins (14 km). Aujourd’hui c’est l’avant-dernier jour de marche. Du coup on a de nouveau bien profité de regarder les paysages, mais le soleil n’a pas voulu nous accompagner. Tant pis pour lui !
Depuis hier les sentiments sont toujours un peu les mêmes : je suis content de retrouver ma famille, mes amis; d’un autre côté, il y a le retour à l’école. Il y aura moins de mouvement que pendant ces trois mois. Donc, ça sera à moi de me bouger pour trouver des stages.
Accueil chaleureux par Theo et Viviane Grossenbacher et Jean-Daniel Waber, propriétaires d’un domaine bio, Les Sapins, très diversifié : arbres fruitiers, maraîchage, nombreuses poules, vaches, cultures ! Avons soupé avec la famille Grossenbacher et tous les jeunes qui travaillent sur le domaine en tant qu’apprentis ou stagiaires.
Demain on se lève très tôt car on doit faire un crochet pour saluer les responsables de mon école. Le comité a prévu une arrivée à Rolle à 12h00. Il ne faudra pas traîner.
L’aventure se poursuivra pour nous la semaine prochaine, qui sera consacrée aux lessives, au nettoyage du matériel et surtout à l’écriture des remerciements. On veut écrire des petits mots personnalisés à chacun. Bons souvenirs et émotion garantis.
Demain, dernier petit mot. On prendra congé de vous.
T

Les poules sont garanties bio
Ferme bio Les Sapins
Jean-Daniel Waber et Théo Grossenbacher de la Ferme Les Sapins

Jour 82 : 14 octobre. Collombier-sur-Morges / Les Sapins – Rolle-VD (17 km). Dernière ligne droite. Après un départ sous la pluie, arrivée également sous la pluie.
On l’a fait !!!
Un grand merci aux lectrices et lecteurs d’une fois, comme aux plus assidus. Vous sentir derrière nous, nous a motivés à avancer et à prendre soin de vous en écrivant.
Puissent ces quelques lignes quotidiennes vous avoir fait partager l’énorme aventure humaine que nous venons de vivre.
Merci !
T & M

Le vignoble de la Côte
Du côté de Féchy
Tout le monde nous attendait

La distance totale parcourue est de environ 865 km
41 jours de marche, visites et repos
41 jours de travail dans 28 domaines